Afrique

Mission Burkina Faso novembre 2017

Bonne  arrivée  ,

 Le film que vous allez visionner a été réalisé par Mr Ianis informaticien, Dr Bobo Bernard et Mr Boula Patrick. 

Deux comptes rendus joints vous donneront des informations complémentaires .

Bonne suite ….

 

 

By |June 24th, 2018|Afrique, Burkina Faso|Comments Off on Mission Burkina Faso novembre 2017

Mission Burkina Faso 2014

Compte rendu de mission Humanitaire Burkina Faso 2014 (23aout / 4 Sept)

deux participants :

Un dentiste Mr Calvez Didier .
Un magicien et logisticien Mr Gaillègue Patrick.

Deux précédentes missions organisées au Burkina -Faso : 2012 et 2013 .

( Gyneco,Gen ,Cardio,Pneumo,Infirmières,logisticien,candide ) des missions qui ont permis en collaboration avec le Père Vincent de faire plus de 350 consultations dans les dispensaires voisins de Kokologo : villages places sous sa responsabilité.

A cette occasion nous avions transporté en urgence avec Mme Deydier Christiane ‘gynécologue’ une petite prématurée nommée Ouaogo (1kg 8) à l’hôpital de Ouagadougou : sauvée de justesse  grace à la collaboration de tous et à l’intervention du centre de prématurés de la capitale :aujourd’hui c’est une très jolie petite fille de 4 kgs 5 prénommée… ‘Christiane.’

La visite des prisons:

Première expérience : Madagascar en 2012  : A cette occasion j’ai ressenti la détresse de ces adolescents  et adultes souvent incarcérés sans jugement pour des délits mineurs:

ex: un vol de poule est puni de 10 ans d’emprisonnement .

(je pense au petit Patrick Sitrakiniaina âge de 11 ans dont le nom reste épinglé au mur de mon bureau pour qui nous avons fait des démarches avec l’espoir de le voir diriger vers un centre pour adolescent et qui était emprisonné avec 380 adultes .

 

 

MACO t-shirts Athletic de CannesPhoto :   la MACO prison de Ougadougou ( t shirts   don de de l’atlétic club de Cannes .)

 

Des contacts téléphoniques entre Mr Didier Calvez et moi nous avaient préparé à ce programme .

Voici donc dans quel esprit j’ai organisé cette mission .

Mr Didier Calvez était comme moi prêt à intervenir dans les centres pénitenciers (expérience précédente pour lui à la prison d’Amboust avec deux autres dentistes en 2012 )

Une autorisation officielle d’accès délivrée par le Ministère de la justice  :

”Des activités récréatives et des soins dentaires nous avait était délivrée par le Directeur Général de la sécurité ‘Ministère de la justice( Maisons d’Arrêt de Ouagadougou,Yako,Kokologo,Koudougou et Ouahigouya)”

Sans plus attendre nous sommes allés , dès le premier jour , à la MACO (Maison d’Arrêt Centre Ouagadougou 900 détenus, 35 femmes et 30 adolescents ) en la présence du médecin responsable ,du major infirmier, des infirmiers afin d’organiser les consultations .
Après une matinée de soins Mr Didier Calvez ne souhaitait plus intervenir pour des raisons de sécurité .

Présence de VIH,Tuberculose et autres pathologies .

Son expérience précédente à la prison d’Amboust (Madagascar) ne me préparait pas a une telle réaction et nous fermait toutes les portes des centres de détention.

Je regrette ,qu ‘à ce moment la ,nous n’ayons pas eu l’idée d’utiliser ses compétences pour faire du dépistage , donner des notions d’hygiène afin de prévenir les pathologies et montrer aux responsables du centre que nous étions réactifs et que l’on ne les abandonnait pas .

Le Père Vincent par la suite nous ouvrait les portes de son dispensaire mais nous apprenions qu’un accord rescent devait être donné par’ l’ordre des dentistes ‘de la Capitale pour exercer (diplôme en main )
Le Père Vincent n’était pas informé par cette nouvelle mesure qui lui parût plus que surprenante au vu de son expérience dans ce domaine .

Effectuer des soins au dispensaire de Kokologo paraissait alors  impossible mais les 5  autres prisons nous donnaient encore un champ d’action intéressant ,avec des structures plus petites et des détenus plus jeunes .

Activité magie .

C’est avec joie et bonheur que j ‘ai une fois de plus joue mon rôle de magicien devant ces ‘spectateurs oubliés de tous .

A la MACO de Ouaga j’ai retrouvé mon ami Mr Ouedraogo Fréderic ‘ inspecteur de Sécurité pénitentiaire.
Il organise le rassemblement des 800 détenus et m’informe que je suis attendu .
C’est toujours avec un pincement au coeur que je me dirige vers cette grande porte en fer qui termine un mur périphérique de 3 ,5 mètres de hauteur .
A l’intérieur je perçois des murmures et des voix étouffées ,puis le garde ouvre un judas et après 2 tours de clé je me retrouve seul au milieu d’une marée humaine dont tous les regards sont braqués sur moi.
Je crie en fendant la foule ”Dinamori ” “Dinamori” magicien “magicien afin de créer un contact et aussitôt cris et rires fusent….ouf !! ça marche ..
Assis aux premiers rangs ,debout sur les cotés ,ils sont impatients et c’est sans attendre que je débute le spectacle .
Je ne puis m’empêcher de m’attarder sur le visage de ces hommes parfois en guenille .
Un groupe compact de femmes mises à l’écart sur ma gauche paraissent très intimidées (j’ai appris par la suite qu’elles n’avaient jamais été regroupées avec les hommes )
Le tour  papier déchiré me donne l’occasion de choisir un détenu un ‘dur ‘ et de créer un contact plus long :

il repartira un chapeau en papier coloré sur la tête sous les rires amicaux de ses copains.
Les tours se suivent ‘tout au milieu d’eux ‘ encerclé et heureux de partager ces moments de joie .
Faire oublier un bref instant ‘sa maladie ‘,’son isolement’ ,’ses différences’ est mon objectif .
Puis un gardien me demande d’interrompre  subitement le spectacle, je pousse un grand cris aiguë qui est repris par la foule.

Durant ces 10 jours de mission nous avons distribues plus de 350 savonnettes du parfumeur Fragonard que je remercie une fois de plus :merci à toi Sylvie ”tu as fait briller bien des yeux et ravi bien des nez

.
Des jouets mécaniques ,peluches ,poupées … (Merci à la société Axe de Mougins pour sa générosité,)

2 ballons de foot, 6 de han ball ainsi que des vêtements nourrissons, enfants, adultes hommes et femmes.

Un grand merci à L’Athlétique club de Cannes pour les T-shirt neufs si appréciés par l’équipe de foot du centre ( MR Paul Longoni) .(une belle photo prise  par le directeur de la MACO sera jointe au compte rendu )

Liste du matériel laissé sur place :

450 stylos et 15 blocs :un moyen de communiquer avec l’ extérieur et aux jeunes de suivre des cours.

Pour les infirmiers et médecins: 6 stéthoscopes, 4 tensiomètres,un testeur de glycémie et 4 auto scopes.

Au centre de détention pour jeunes de Laye qui reste une formidable chance pour ces jeunes délinquants de faire une formation (plomberie ,électricité..) et de se réinsérer dans une nouvelle vie.
Blocs papier et du matériel de bureau (calques ,décalcomanie ,crayons  de couleur ..)

(Merci à MMe Palm Florence pour votre sympathique accueil et votre si gentil mot de remerciement )

Au total 46 kgs de fret en soute plus 8 kgs en cabine .

J’allais oublier les 200 euros remis au Père Vincent pour la maman de la petite Christiane (de la par du Dr Deydier )
qu’il  lui  donnera  toutes les semaines pour nourrir son  enfant.

je joindrai à ce compte rendu les remerciements des directeurs des prisons qui me vont droit au coeur et m’encouragent dans mon rôle qui n ‘est pas toujours compris mais toujours apprécié par les spectateurs et les responsables de l’encadrement .

Un mot pour Jacques notre chauffeur discret et patient sans lui rien de possible.
Un grand merci à Henri le directeur de ‘la Villa Kaya’ notre hôtel particulier’ (2 chambres ) qui nous a si bien reçu et que je recommande .

PS: un regret’ l’absence de consultation et d’intervention sanitaire  dans les 6 centres de détention ‘

 

Message du responsable de sécurité pénitencière de la Maco (Maison d’arrêt et de Correction de Ouaga) Mr Ouadraogo Frédéric.

message_fredoueder

By |September 28th, 2014|Burkina Faso|Comments Off on Mission Burkina Faso 2014

Mission Mali

Le Mali et le trafic des médicaments.

Lors d’une mission humanitaire nous avons rencontré sur le marché de Bamako des vendeurs particuliers. Deux Maliens chargés de nombreuses boîtes de médicaments nous ont proposé avec fierté leur précieuse marchandise.

Après discussion et la confiance instaurée, nous avons pu nous rendre compte qu’il s’agissait de vulgaires contrefaçons. Trafic odieux et ô combien dangereux car souvent ces boîtes achetées par des personnes désespérées représentent l’ultime salut.

Malheureusement celles-ci proviennent de marchés locaux et sont composées de substances très souvent toxiques voire mortelles.

By |June 16th, 2014|Mali|Comments Off on Mission Mali

Missions Sénégal et le Mali.

La zone d’action : le Sénégal et le Mali.

Nous avons été confrontés à une population très différente de nous Européens, tant dans les rapports face à la vie et la mort mais aussi des croyances et des superstitions.

Je fus souvent envoûté à la fois par ce continent aux mille senteurs et aux bruits si étranges mais également par ces populations à l’accueil si chaleureux. Là-bas tout est fête et joie de vivre.

Je garderai longtemps en mémoire la silhouette d’Odette Africaine de 25 ans qui, enceinte de 5 mois, nous avait été apportée par deux lutteurs de son village.

Après examen le Dr Grellière découvrit un énorme abcès à la fesse dû probablement à une injection non septique.

Elle cachait son visage dans une partie de son boubou et ses plaintes nous déchiraient le cœur. Sans plus attendre une injection anesthésiante fut effectuée et quelques minutes plus tard le Dr Grelière incisa la fesse très profondément. A cet instant, alors que je lui tenais la main fortement je ne vis pas le jet de pus qui gicla dans ma direction. Soulagée instantanément elle me regarda et me sourit de toutes ses dents.

Quelques jours après, l’antibiotique avait fait son œuvre. Elle était rétablie et c’est sans béquille et très fière qu’elle vint nous dire au revoir au départ de notre pirogue.

Une petite fille naquit quelques mois après, elle porte le nom de notre infirmière : Christiane.

 

By |June 16th, 2014|Afrique|Comments Off on Missions Sénégal et le Mali.

Mission Sénégal du 10 au 19 juin 2008

Mission Sénégal du 10 au 19 juin 2008

Cette deuxième mission Assohuma est plus réduite. Au lieu de 9 participants comme en 2007 nous n’étions que 2 :

  • Jean-Jacques GAUCHE infirmier des sapeurs pompiers volontaires et logisticien.
  • Patrick GAILLEGUE responsable de la mission et magicien.

senegal6

Nos objectifs étaient d’assurer des soins, de partager les connaissances médicales, et d’apporter des médicaments de base (antibiotiques, antalgiques, anti-inflammatoires, tests paludisme) ainsi que du matériel d’osculation :marteaux reflex, stéthoscopes, tensiomètres, thermomètres ..et des vêtements pour enfants.

De plus nous avions récupéré, grâce aux professeurs du lycée de Mouans Sartoux, 20 téléphones portables destinés aux agents de santé, infirmiers et médecins.
Au total 70 kgs de fret.

Plusieurs rendez-vous avaient été pris depuis la France dans les services de pédiatrie des hôpitaux de Fann PR Diopp, de Zighinchor, le dispensaire Wendaye et les orphelinats. Ils nous avaient également renseignés sur le type de matériel souhaité ainsi que sur les médicaments à emporter.

Chris Révelli (de Wendaye) nous a bien aidés dans cette tâche ainsi que notre chauffeur, interprète et ami Lamine DHIEDOU. Il nous est fidèle depuis de nombreuses années et indispensable. Sans lui nous n’aurions pas eu cette liberté d’action et cette réactivité face aux situations imprévues. Sa vieille 405 bringuebalante fit merveille une fois de plus malgré un kilométrage inconnu et des amortisseurs inexistants…

Dès notre arrivée à Dakar nous sommes pris en charge et après une nuit tronquée nous nous rendons à l’hôpital Fann et Albert Royer de Dakar. Le Pr Diopp (service de chirurgie thoracique et cardiologie) nous reçoit aimablement après avoir utilisé la carte de visite de notre ami Marc Aubert (cardiologue à Mouans Sartoux). Il nous donne des informations concernant des enfants opérés dans le cadre de «La Chaine de l’Espoir» et leur présence dans les locaux.

senegal7

Un tour de magie, qui déclenchera un rire franc du professeur, terminera notre entretien. Il souhaiterait que nous intervenions ultérieurement au sein de l’association des jeunes enfants opérés en cardiologie, service créé tout récemment.

Jean-Jacques laissa du matériel à l’anesthésiste Mr Bief et échangea des savoirs-faire avec les infirmières du service.

Nous avons été agréablement surpris par la propreté de cet hôpital.
Nous allons ensuite à l’hôpital Albert Royer où nous rencontrons les infirmières et visitons les chambres des enfants.

De nombreux ballons magiques leurs sont distribués, accompagnés du rire des mamans.
Puis nous reprenons notre vielle 405 pour nous rendre à l’orphelinat tenu par Soeur Justine au sud de Dakar. Elle s’occupe des enfants abandonnés de la naissance à 9 mois. Ses moyens semblent modestes mais les locaux sont impeccablement tenus.

Jean-Jacques lui remet du matériel ainsi que des savons et je ne résiste pas au plaisir de lui faire un petit tour de magie.

Enfin nous nous rendons au village « SOS village d’enfants » tenu par le Père Touré.
Ce colosse de plus de 2 mètres nous accueille très aimablement. Un spectacle de magie improvisé dans la cour de l’enceinte sous un baobab, réjouira les petits et les grands.

Le lendemain le départ pour la Casamance et le passage de la Gambie qui nous a maintes fois posé de nombreux problèmes.

Alors que nous approchons du bac, Lamine nous fait remarquer que le ciel se couvre. En quelques instants la pluie et le vent transforment le paysage si paisible en un spectacle d’apocalypse. Les plastiques s’envolent, les arbres se couchent à se rompre et la poussière mélangée à la pluie colle au pare brise. La visibilité est nulle et Lamine à beaucoup de mal à éviter les voitures à cheval.

Plus tard nous apprendrons qu’un bus rempli de passagers s’est retourné et a «cogné le bac».
En Gambie nous descendons pour montrer nos passeports et nous acquitter des frais.
De nombreux voyageurs se pressent et se bousculent. L’atmosphère est tendue car le précédent voyageur n’a pas la dîme demandée et ça n’avance pas. Finalement un militaire excédé expulse le quidam et crie «next quick».

Je présente mon passeport et déclenche aussitôt un tour de magie «le portefeuille en feu»: la surprise est totale. Je leur dis que je suis ‘nengafahindé’ c’est-à-dire «magicien.
Nous aurons beaucoup de mal à nous extirper du poste de contrôle car les 4 responsables sont hilares et souhaitent voir encore d’autres tours de magie. En quelques instants nous avons transformés ces gradés redoutés de tous en des enfants avides de rêves. Nous en profitons pour demander l’autorisation de filmer l’événement ce qui est formellement interdit car la zone militaire est classée secrète. Nous accrochons au mur du poste de contrôle la carte de magiciens du monde juste à côté de la grande photo du Président de Gambie et nous avons promis au responsable de lui envoyer la photo.

Une pirogue est déjà là quand nous arrivons au bac pour Wendaye. Chris nous a gentiment prêté sa maison très accueillante et confortable.

Le lendemain matin de nombreux enfants se bousculent à la consultation assurée par Jean- Jacques (plaies en tous genres occasionnées par des chutes et l’absence de chaussures sur des terrains jonchés de morceaux de verre et de fers coupants).

Les anciens arrivent aussi car ils souhaitent être rassurés sur l’état de leur coeur. Jean-jacques leur prend la tension avec le tout nouveau tensiomètre que nous avons apporté.

Suzanne range précieusement les 30 kg de médicaments dans une malle, et nous lui donnons un téléphone portable pour lequel elle nous remercie mille fois. Elle fait un excellent travail, dommage que Maguette (l’agent de santé) ne la seconde pas. Il n’intervient que lorsque la camera tourne! Il aura même un mot malheureux envers Jean-Jacques lorsque celui-ci lui demandera le soir de voir une énième malade alors que la consultation est terminée.

Nous avons été choqués par la mauvaise tenue du village: sacs en plastiques, papiers, piles, bouteilles en verre cassées jonchaient le sol… Après avoir rassemblé les enfants un nettoyage en ligne est organisé sur le champ.

Nous avons été agréablement surpris par l’enthousiasme des ces enfants heureux de participer au nettoyage de leur village et cela sans récompense promise. Filles et garçons, petits et grands ont rivalisé d’ardeur. Visiblement chacun se rejette la responsabilité du nettoyage /le chef de village sur Maguette et vice et versa…

A noter 2 enfants à suivre : une malformation du nez chez une jeune fille (Loupy) et une jambe déformée après fracture chez un garçon de 7 ans (fiches à disposition).

Lors de notre remontée sur Zighinchor nous sommes passés à l’hôpital remettre du matériel au directeur de l’hôpital (tensiomètres, stéthoscopes ainsi que des médicaments).

En conclusion, cette mission peut être qualifiée de « Mission relais ».

Nous avons remis en main propre des médicaments, tests palu, du matériel médical. Nous avons formé et échangé nos savoirs faire et pris des informations utiles pour une autre mission.
Nous avons également pris des contacts dans les hôpitaux, dispensaires et fait rêver les petits et les grands.

 

 

By |March 5th, 2013|Sénégal|Comments Off on Mission Sénégal du 10 au 19 juin 2008

Mission Burkina Faso février 2012

Compte rendu de la mission humanitaire au Burkina Faso en février 2012.

C ‘est avec un grand plaisir que j’ai répondu oui à Jean-Marc Aubert quand il m’a proposé de participer à cette mission. Celle-ci était organisée avec le concours de 3 associations : “Chaîne de l ‘Espoir”,“Terre d’Azur” et “Assohuma”.

Chacune apportant son équipe ,son expérience et ses francs CFA .

Au total 8 personnes dont 3 pour “Assohuma”.

Mission de spécialistes :Brigitte pneumologie, Jean-Marc cardiologie, Christiane gynécologie et Patrick magicien et cameraman.

Je n’oublie pas la formidable équipe d’infirmières Chantal et Hélène, infirmier Jean-Jacques et notre “candide” Lise.

Nos objectifs : des soins, du dépistage et de la formation.

Notre point de chute : Kokologho et les villages du district notre zone d’action.

Jean Marc avait organisé le programme avec le Père Vincent et je dois dire que le tapis rouge “ocre” était déroulé pour notre arrivée.

Des véhicules 4×4 nous attendaient à Ouaga, indispensables vu les nombreux sacs et valises en tous genres. Au total 500 kgs, et cela grâce au partenariat entre la Chaîne de l’Espoir et Air France.

Nous étions logés dans des chambres spacieuses avec ou sans ventilateur, grand lit à moustiquaire et même des moustiquaires aux fenêtres.Une salle de bain-douche alimentée par la pompe manuelle actionnée par les jeunes du village.

La population était omniprésente car nous étions situés au milieu du village à deux pas d’une imposante église, des écoles et de l’unique pompe à eau, points de ralliement de tous.

Des moutons, oies, canards, dindons et ânes se chargeaient de nous réveiller vers 5h du matin et si ce n’étaient pas les cloches de l’église…

J’ai d’emblée envie de vous parler de ces villageois si chaleureux qui nous ont accueillis les bras croisés, le regard baissé nous disant “Bonne arrivée”.

Je n’oublierai pas non plus cette vieille femme qui s’est prosternée devant nous en signe de reconnaissance.

L’ équipe d’Assohuma” était composée de Christiane gynécologue, Jean-Jacques infirmier et magicien et Patrick magicien et responsable.

Christiane (la gynécologie) :

Je savais que tu serais à la hauteur de la tâche qui t’attendait. Tu avais su, aussi bien au Sénégal qu’en Afghanistan et dans des conditions difficiles, faire face aux traditions et coutumes. Cela avait provoqué l’admiration de tous.

Ton investissement, ta fougue, ton franc-parler, ta passion pour ton métier et la défense des femmes sont les moteurs de ta vie.

Tu donnes aussi à la formation une place importante au travers de planches anatomiques et de cours adaptés.

A Kokologo 2 naissances par jour donc “pas le temps de chômer”. Souvent des nourrissons chétifs des prématurés qui demandent une prise en charge immédiate.

Une réponse s’impose : la mise en place d’un relais avec Ouagadougou. Cela fut fait en relation avec l’hopital St Camille.

Une petite fille d’ 1kilo 8 a bénéficié de cette chaîne et a été sauvée.

Pour mieux la connaître soyons un bref instant dans le 4×4 commandé par Christiane lors de l’acheminement de cette petite prématurée.

Christiane : “Allez fonce, passe, pousse les vélos, t’as la priorité, grille le feu”.

Le chauffeur: “ Mais si je grille le feu le flic va me griller mon permis”.

Christiane : “Oh quelle moule cuite !”.

Jean-Jacques (infirmier et magicien) :

Jamais en colère, organisé, méthodique et toujours disponible. Tu as fait avec Hélène une duo formidable, malgré des débordements et les assauts répétés de la population par la porte et la fenêtre…

Tu es toujours propre et bien coiffé …mais quel est ton secret   JJ ?

Merci pour ta patience et ton amitié.

Patrick (la magicologie) :

Face à moi de grands yeux émerveillés, des “ouabas”criés à tue-tête, des applaudissements à tout rompre. Quelle ambiance !

Cependant pas ou peu de bousculade car l’éducation religieuse et la discipline sont là pour freiner la joie de ces enfants à la blouse bien repassée.

Merci les enfants, pour moi la magie c’était vous.

Nous avons, avec Lise mon “assistante magique”, profité de ces instants pour faire passer des gestes d’hygiène dentaire : brosse à dents à l’appui.

J’ai bien aimé aussi ce déplacement avec Jean-Marc au nord du Burkina proche de la frontiere du Mali. L’objectif était la mise en place d’un relais de soins en cardiologie et un spectacle de magie pour ces orphelins de bout du monde.

Un moment de joie intense que je n’oublierai pas.

Brigitte (la pneumologie) :

On y tousse, on y crache aussi, elle écoute et elle leur sourit.

Ils repartent rassurés et heureux sous des regards confiants. Baraka Baraka, merci merci Dr Brigitte.

Jean-Marc (la cardiologie) :

Dans un silence total, il écoute et analyse les bruits venus des profondeurs puis il déchiffre des bandelettes semblables à des hiéroglyphes. Si cela est nécessaire il investira par l’image les parois du coeur.

La technologie du 21ème siècle est là pour tous : c’est l’échographie portative.

En fonction des résultats et dans un objectif opératoire une chaîine humaine se mettra en place jusque chez nous. Merci Pr Deloche, merci Jean-Marc.

Merci aussi à Chantal pour sa collaboration aux soins apportés dans le cadre du dépistage.

Hélène et Jean-Jacques (l’infirmerie) :

Vous le verrez sur le film Paramout ou plutôt “sparaplaie” c’est la cour des miracles.

Abcès, plaies, brûlures, croûtes suintantes…

Une équipe bien coordonnée. J’ai bien aimé les “abroux” d’Hélène qui déclenchaient chez ces petits de grands sourires émerveillés.

Lise (notre candide) :

Sous ton regard neuf tu as réveillé en nous nos premières sensations humanitaires.

Ils vont s’ennuyer de toi les petits que tu as tant chéris .. Que de tendresse et de joie partagée !

Le Père Vincent :

C’est le seul prêtre avec le Pape qui soit capable à ma connaissance de rassembler plus de 1200 personnes dans son église pleine à craquer et cela dès 6 heure du matin.

A l’extérieur les nombreux retardataires (j’en ai compte plus de 500) partagent la même foi et le même élan, et ce n’est pas la présence des chèvres et moutons qui vont les distraire.

On y chante, on y prie mais on y rit aussi.

Au rythme des gembes et instruments à cordes, petits et grands sont unis dans un même élan mystique.

Une belle leçon de ferveur chrétienne pour moi et une dévotion et un recueillement qui nous a tous transportés.

Florence (le médecin local) :

C’ est une jeune et jolie femme qui a choisi de vivre au milieu de ses patients. Sa compétence et sa disponibilité ont été totales malgré notre invasion et nos demandes répétées. Beaucoup d’échange de savoir avec nous ce qui est un atout essentiel pour les Kokologais.

Merci aussi à Benoit dit “Jérémie le criquet” notre “Black cordon bleu” pour ces plats mitonnés : poulets, lapin chasseur, poissons grillés et gâteaux moelleux ..stop j’ai faim.

Nous étions tous comme des “Koko en pâte”.

Un petit bémol pour un plat de manioc qui a provoqué chez moi un vif recul…

Merci à la société Axe de Mougins pour les nombreux jouets de qualité distribués qui ont été si appréciés.

Merci à Sylvie et aux mamans pour les vêtements de nourrissons et enfants si bien préparés qui ont comblés ces mamans si démunies (Crèche de Peyrard de Grasse).

Une belle expérience humaine et une belle mission humanitaire avec la mise en place d’une chaîne de soins en gynécologie et en cardiologie en relais avec Ouagadougou ce qui est indispensable pour assurer une prise en charge complète et efficace

Une demande du Père Vincent : une pompe à eau solaire afin de donner à tous ce bien si précieux et indispensable.

La magie n’est pas dans les mains du magicien mais dans le regard des enfants qui le regarde .

By |February 16th, 2012|Burkina Faso|Comments Off on Mission Burkina Faso février 2012

Mission Sénégal octobre 2007

Mission Sénégal du 14 au 30 octobre 2007

Il a fallu 2 ans de préparation pour collecter les fonds nécessaires au financement de la première mission humanitaire d’ASSOHUMA.

Après une mission exploratrice en 2006 sur les îles du fleuve Sénégal avec l’association humanitaire « Terre d’Azur » nous avions le désir d’en organiser une nouvelle en 2007.

Les villages que nous avions sélectionnés étaient : Koubanac, Bandjikarki, Saloulou, Boune et Macouba en Gambie.

Le but de cette mission était d’assurer le suivi de nos actions sur les différents sites, d’y effectuer des soins médicaux et dentaires afin de compléter la formation des agents de santé communautaire et enfin d’animer des séances de prévention et d’éducation dans le domaine de la santé.

Nous voulions également faire rêver les patients en effectuant des tours de magie afin qu’ils oublient un instant leurs difficiles conditions de vie.

Une équipe de 9 personnes a donc débarqué le 15 octobre 2007 en Casamance. Elle était composée de :

  • Dr Gilles MAGROU – Médecin
  • Dr Manuel BAUDET – Médecin
  • Dr Roch BONTPART – Dentiste
  • Mr Jean J. GAUCHET – Infirmier
  • Mr Patrick GAILLEGUE – Organisateur
  • Mr Michel BOULAS – Logisticien & Comptable
  • Mme Annick BOULAS – Education & Hygiène
  • Mme Chris REVELLI – Infirmière
  • Mr Thomas Baudry – Magicien

Des moyens de transport divers : avion, taxi-brousse, pirogues et marche à pied furent nécessaires pour parvenir dans ces lieux isolés.

Dés notre arrivée dans les villages c’est au son des djembés et chants africains que nous sommes accueillis, puis les palabres et les danses suivent…

Dès le lendemain matin toute l’équipe s’active en collaboration étroite avec les villageois, les agents de santé et les traducteurs afin que les consultations puissent commencer.

Les fiches des malades sont prêtes, les médecins et le dentiste aussi.

Parfois c’est avec les moyens du bord qu’a lieu cette installation. Une porte sert de fauteuil, un bidon coupé de crachoir…

La radio locale « Kairaba FM » informe les villages environnants de notre présence et cela entraîne une vague supplémentaire de patients.

Un groupe électrique fourni par le village permet à Roch de faire les soins dentaires. Il est très vite dépassé par le grand nombre de dents à extraire.

Les infirmiers font des lavages d’oreilles. Petits et grands se bousculent afin de mieux entendre. Ils doivent également soigner de nombreuses plaies infectées.

Notre but étant également de faire une formation, nous nous rendons dans les écoles. Un bref sondage nous montre que peu d’enfants ont une brosse à dents. Nous demandons donc aux responsables que l’argent récolté serve à l’achat de brosses, ce qui est fait dès le lendemain.

Au total 700 consultations en médecine générale et 247 en dentaire, 400 kg de médicaments prescrits et laissés dans les hôpitaux et de nombreuses dents extraites ou soignées.

Nous repartons avec le sentiment d’avoir contribué à un peu de mieux être mais en sachant que nous avons encore beaucoup d’aide à leur apporter.

Notre seul souvenir de tristesse est le décès du petit Tony Mendes, âgé de 7 mois. Il est arrivé complètement déshydraté et après plusieurs tentatives nous avons décidé de l’évacuer sur l’hôpital de Bignonia. Mais 2 jours plus tard, il était trop faible et il n’a pas survécu.

Nos amis Sénégalais nous apprennent qu’«Assohuma» signifie dans leur langue «Celui qui soutient» et cela nous convient parfaitement puisque cette association a comme objectif principal d’aider les femmes et les enfants.

Je profite de cette occasion pour lancer un appel à tous ceux qui souhaiteraient s’investir dans une association humanitaire locale. Nous sommes tous bénévoles et ils seront les bienvenus.

Merci à tous les adhérents et les bénévoles qui nous ont permis d’organiser cette mission.

By |October 16th, 2007|Sénégal|Comments Off on Mission Sénégal octobre 2007